Je prends laquelle ? RS6 2020 ou BMW M8 ou AMG GT63S ?

J’ai testé les trois allemandes les plus démoniaques du moment, la BMW M8 Competition, l’AMG GT63S et l’AUDI RS6 2020, et je peux déjà vous dire une chose : je ne veux plus de mon RS6 acheté en 2017. Elles sont tellement mieux. C’est sûr je change, mais pour laquelle?

La question aurait pu être résolue dès le départ. Le garage Audi Delbar à Mouscron m’a réservé la première RS6 2020 de Belgique (600 chevaux, 800 nm de couple, 179 560 €). Je l’ai vue une heure, mon petit cœur s’est emballé, j’ai fait dans la foulée une proposition d’achat impulsive. Je n’avais pas encore testé les deux autres voitures. J’ai proposé 150 000 € pour cette RS6 full options, 23 000 € en dessous du prix catalogue. Ce n’est pas passé.

Est-ce que Simon, mon vendeur Audi attitré, va s’en mordre les doigts ? Car depuis j’ai goûté aux deux autres, et les choses se compliquent.

Je n’ai eu qu’à demander à Mercedes pour avoir une GT63S (630 chevaux, 900 nm de couple (!), 200 000 €) plusieurs jours dans mon garage. La voiture d’Al Capone. Un extérieur imposant, mais presque discret, avec un aileron rétractable pour faire bonne mesure. Un intérieur indécent, un vrai salon roulant, spacieux, un rouge qui saute aux yeux, du cuir, du carbone et du retro, une montre au gousset… virtuelle sur écran.

Quelle sensation de rouler dans son salon, avec les mitraillettes (les pots) qui pétaradent derrière soi, salon propulsable vers l’infini à la demande. Un sacré style que cette GT63S, qui se défend honorablement dans les lacets, mais qui tanguent plus que les deux autres voitures, et dont la conduite est plus délicate.

Et le son, je l’ai encore dans les oreilles alors que j’écris. À l’heure où les normes brident la mélodie de pour ainsi dire toutes les voitures (c’était mieux avant), l’AMG GT63S se lâche comme si elle n’en avait rien à faire. Ses deux concurrentes dans mon garage font pale figure, la RS6 2020 perdant les fameuses explosions de la génération précédente. (Heureusement, plus d’un préparateur se propose de pallier à ce problème avec des pots plus flamboyants).

J’ai fait un échange standard avec mon ami @j.sas. Il a pris ma Lamborghini Huracan Performante, j’ai pris sa M8 Competition (625 chevaux, 750 m de couple, 193 385 €), l’une des toutes premières. Il est parti en trombe et avec un large sourire au volant de la Pogini. Mais je ne saurais dire lequel de nous deux souriait le plus. Car elle m’en rappelle des souvenirs, cette M8. Elle est la successeur de la série 6, et j’en ai eu une (630i) il y a dix ans. Ce fut ma première voiture de luxe, une folie à l’époque, et j’en ai la nostalgie. On retrouve dans la M8 la ligne de profil du coupé 4 places, mais la M8 est simplement plus racée, plus sculptée, plus puissante, plus technologique, plus classe, plus tout.

La simple évocation du nom « série 8 » me fait frissonner, car, enfant, j’étais subjugué par la série 8, celle d’il y a 30 ans. On en voyait peu dans les rues, mais mes yeux s’arrondissaient chaque fois que j’avais la chance d’en voir une. C’était un mélange BMW-Ferrari, et le même mix se retrouve aujourd’hui dans la M8 Competition.

La M8 est la plus puissante des M, et ce n’est pas peu dire. Elle laisse sur place la RS6 et la GT63S. À la revoyure Audi et Mercedes, je suis pressé ! L’accélération est choquante pour une BMW. La sensation d’avoir cette poussée dantesque dans un tel confort et un environnement feutré est irréelle. Je le répète :

La plus puissante de toutes les M. Cette seule dénomination n’est-elle pas un fantasme de petrolhead ?

Mais elle n’est pas que ça. Elle est aussi la plus belle des trois candidates, à mon humble avis. Du muscle et de la finesse. Et elle est la plus technologique des trois. On a l’habitude d’entendre qu’il n’y a pas mieux que Mercedes pour les technologies embarquées, c’est raté : elle est un cran en dessous des deux autres. On est à quelques jours de 2020 et ses écrans ne sont toujours pas tactiles.

La M8 par contre, vient du futur… avec son système sonore enveloppant, sa projection d’informations sur le pare brase très détaillée, ses boutons raccourcis à portée de pouces pour personnalisation rapide du comportement de la voiture, sa navigation autonome épatante (elle s’occupe de tout dans les bouchons), et j’en passe.

C’est la force tranquille cette M8, avec le son grondant, mais lointain, et un mode race qui éveille soudain la bête, tout en la gardant docile. On sent la puissance, mais elle est contenue et ne sera pas exubérante. Classe, en un mot. C’est une vraie BMW aussi, sous-vireuse, joueuse, particulièrement qu’on peut passer en appuyant sur un bouton de 4 roues motrices à 2 roues motrices, et même dans un état intermédiaire.

Alors, c’est adjugé pour la M8 ? Ce n’est pas si simple. Car ma préférée, quasi-ex aequo avec la M8, est la RS6, qui a l’avantage d’avoir un grand coffre. Elle n’est pas la plus belle, mais elle est la plus agressive. Elle n’est pas la plus technologique, mais elle n’est pas en reste. Je regrette que ses sièges aient si peu changé, par contre c’est la révolution sur le tableau de bord, ma RS6 d’il y a deux ans fait soudain très datée.

Ah cette vieille RS-POG, que je n’ai jamais vraiment aimée finalement, puissante mais pas si fun, avec une suspension qui savait donner la nausée, sans parler des petites et grosses irritations (les freins acier qui se voilaient régulièrement). Audi aura mis le temps (on se rappellera des gros problèmes moteurs des premières RS6), mais ils ont enfin sorti un break qui fait oublier qu’il est break, puissant, souple et fun. Si je veux plus de coffre, je dois aller voir du côté des SUV puissants, mais je n’aurais pas ce rapport immédiat à la route.

Mais puisqu’on parle de SUV, j’ai un X6 de 7 ans, toujours fidèle et loyal. Qu’est-ce que vaut exactement le monstrueux SUV Urus de Lamborghini, 650 chevaux et des proportions de taureau ? Et les autres, le G63 AMG, le cube sur roue, qui m’a toujours attiré ? Ou le nouvel X6 qui ne tardera pas ? J’ai pris un grand pied à tester les trois berlines les plus désirables du moment.

On sent la somme de talent mis dans la conception de ces véhicules qui sont aussi des œuvres d’art, et qui se différencient d’abord par leur style. BMW, Mercede et Audi ont développé un univers de sensations avec ces M8 Competition, AMG GT63S et RS6 ; j’ai adoré les découvrir. Plus je testais ces voitures, moins je savais laquelle choisir. Mes préjugés ne tenaient plus, chaque voiture avait sa manière d’être, et chacune pourrait légitimement devenir une pogmobile et me ravir.

Mais puisqu’il faut choisir, j’exclus l’AMG GT63S...
Trop pépère d’extérieur, plus lourde en ressenti, pas tout à fait mon style, du moins aujourd’hui. Je n’arrête pas tout de suite mon choix entre la M8 Competition et la RS6, car je veux faire durer le plaisir en testant quelques SUV bien badass. Je me demande ce qu’ils me réservent. Plus je teste ces voitures exceptionnelles, plus j’aime l’automobile.
Shop Pogforever.com